Ligue Française contre la Neurofibromatose (LFCN)

La neurofibromatose est l’une des maladies génétiques les plus répandues, puisqu’à ce jour on estime que près de 25 000 personnes en sont atteintes en France. Le terme neurofibromatose a été introduit en 1882 par Von Recklinghausen. Sous ce nom, sont regroupées plusieurs affections dont les principales sont le type I et le type II.

La neurofibromatose de type I (NF1) ou maladies de Von Recklinghausen

NF1 est une affection génétique autosomique dominante qui touche 1/3000 individus.
Son expressivité clinique est très variable. Les taches café au lait et les macules pigmentées des plis (lentigines) sont présentes dans 90 % des cas. Les neurofibromes sont des tumeurs bénignes dont il existe deux types : les neurofibromes simples et les neurofibromes plexiformes. Les gliomes des voies optiques sont retrouvés par les scanners systématiques chez 15 % des sujets. Ces tumeurs apparaissent tôt dans l’enfance et sont souvent peu évolutives. Les nodules iridiens de Lisch sont présents chez plus de 94% des adultes atteints et sont très spécifiques de NF1. Les risques de développer un cancer ou une tumeur cérébrale sont quatre fois plus élevés chez les sujets atteints de NF1.

La neurofibromatose de type II

NF2 est une maladie génétique autosomique dominante, moins fréquente que NF1 (1/40 000 ). Deux formes cliniques semblent pouvoir être distinguées : une forme grave à début précoce avec des tumeurs multiples du système nerveux central et une forme plus tardive, d’évolution plus lente, où l’on ne trouverait que des schwannomes vestibulaires. Les tumeurs du système nerveux central sont les manifestations majeures de la NF2. Les schwannomes vestibulaires, sont des tumeurs bénignes développées à partir de la gaine de Schwann de la branche vestibulaire du nerf auditif. Les schwannomes vestibulaires donnent des troubles de l’audition ou de l’équilibre qui apparaissent en moyenne vers l’âge de 20 ans.

En se développant, ces tumeurs peuvent comprimer le nerf auditif et les structures cérébrales adjacentes. D’autres tumeurs du système nerveux central se voient plus rarement dans la NF2 : ce sont des méningiomes, des épendymomes, des schwannomes d’autres localisations. Les signes cutanés de la NF2 doivent être recherchés avec attention, car ils peuvent permettre de faire un diagnostic précoce. On retrouve des taches café au lait, toujours moins de 6, des tumeurs cutanées, qui peuvent être des schwannomes, des neurofibromes, et des papules pigmentées de petite taille et recouvertes de poils. En revanche, on ne voit pas dans cette maladie de neurofibrome plexiforme.

La Ligue Française contre la Neurofibromatose (LFCN) vous accueille, vous écoute, vous oriente, vous conseille.

Ligue Française contre la Neurofibromatose
2 chemin des Mésanges
17540 Anais

Présidence : Jean-Claude LOPEZ

Tél. : 05 46 68 23 70 - Fax : 05 46 68 23 70
E-mail : ligue.neurofibromatose@cegetel.net
ligue-neurofibromatoses.fr